Croix de pèlerinage

Certaines croix accusent l’importance des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Parmi ces croix de pèlerinage, celle de Malemort (Corrèze), incontournable repère sur le chemin de Clermont à Rocamadour, figure parmi les plus explicites. Placée au cœur du bourg contre une maison, à proximité d’un carrefour, c’est une croix légèrement maltée. Le croisillon de calcaire est orné de coquilles et de volutes, ainsi que du monogramme IHS inscrit dans un disque central. Le fût quadrangulaire en grés comporte un bourdon ( bâton de pèlerin) sur chaque face. Un toit à deux pans soutenu par deux poutres verticales a été installé pour protéger la croix après son nettoyage.

CROIX DE PELERINAGE MALEMORT.jpg
CROIX DE PELERINAGE ST J DES BLATS 3.jpg
CROIX DE PELERINAGE ST J DES BLATS 2.jpg
CROIX DE PELERINAGE ST J DES BLATS.jpg
CROIX DE PELERINAGE ST J DES BLATS 4.jpg

Croix de pèlerinage dite "mémoriale" à Saint-Jacques-des-Blats (Cantal).

Il s'agit, vraisemblablement, d'une croix de pèlerinage, dont le rôle n'était pas de marquer une étape sur un trajet, mais de perpétuer la mémoire du donateur qui avait fait le pèlerinage.

Destinée aux pèlerins de la Via Averna, (chemin Jacquaire entre Clermont Ferrand à Rocamadour), on peut y observer un pèlerin avec son bâton (St Jacques) et une coquille avec une date 1792-1978.
Chose étrange, la croix de par son style et sa forme (croix aux bras déliés) appartient aux modèles du 17e alors que les dates sont postérieures. Peut-être des rajouts de pèlerins ?

Sur le dé de la croix on découvre des inscriptions et motifs variés : coquille Saint-Jacques et les dates 1792-1978, fleur avec tige et feuilles, accompagnée des lettres R et R, la besace, la gourde et le pain, Saint-Jacques et son bâton. Sur le fût, ce sont d'autres motifs : étoile et épi de blé, étoile et bourdon de pèlerin. L'épi symbolise les "Blats" du nom de la commune.
Ces motifs redondants sont issus d'une réfection de 1978 ; des vieilles cartes postales du début du XXe siècle montrent le fût cylindrique et nu. La façon dont le Christ (côté avers) et la Vierge (au revers) sont représentés évoquent le XVIIe siècle, ce qui n'explique pas pourquoi la date de 1792 est inscrite.                     

(Source : petit-patrimoine.com )