Croix de carrefour

Les carrefours ont toujours fait l’objet d’une attention particulière. Il y a, en effet, un symbolisme de la croisée des chemins. Les carrefours provoquent souvent crainte et appréhension, la croix fait donc office ici de talisman. Les romains qualifiaient les croisements de lieux maléfiques et y élevaient des autels en l’honneur des dieux. L’église catholique récupéra ces pratiques païennes. Dans le plus grand nombre des cas, la croix de carrefour a pris le relais de l’oratoire antique.

On érige des croix faisant office de protection des voyageurs contre l’inconnu et les mauvaises rencontres, et des habitants contre les intempéries, les maladies, les étrangers. La croix tient bien sûr un rôle plus prosaïque : quand le croisement est sous la neige, la croix continue d’indiquer sa position.

Les croix de carrefour, comme les croix de chemins, se sont multipliées au XIXe siècle et étaient particulièrement destinées à marquer les limites d'une paroisse et de ses différents hameaux.

CROIX 4 carrefour.jpg
AURIAC.jpg

Ci-contre et ci-dessus La croix de carrefour d’Auriac, en Xaintrie, est d’un modèle très surprenant. Il s’agit d’un obélisque surmonté d’une croix pattée, de facture postérieure. C’est probablement le lec’h* le plus remarquable du Massif Central. Son allure élancée et sa taille à pans coupés permettent la comparaison avec certains lec’h bretons. Par sa forme en obélisque, la stèle d’Auriac paraît bien avoir servi de modèle pour les fûts de croix de Cussac et de St Geniez-ô-Merle. Il semble que les croix de Xaintrie doivent une bonne part de leur originalité à la survivance d’un lec’h antique.

*Un lec'h (ou lech) est un mégalithe gaulois de forme hémisphérique ou oblongue. On en trouve notamment en Bretagne, dans le Massif central et le Maine.

CROIX ST BABET_edited.jpg
CROIX ST BABET 3 (Copier).jpg

Croix de saint Babet - Drignac (15)

GRAFEUILLE.jpg

Grafeuille - commune d'Hautefage (19)

Auriac (15)

Fanum des Jaillants - Sornac (19)